un combat quotidien

un combat quotidien rocky197601g 

Chaque jour est un nouveau combat. Combat contre soi-même, contre le regard des autres.

Les victoires de la veille sont oubliées. Tout est remis en question. Chaque jour.

Si parfois j’arrive à m’échapper de la cage, une corde me relie toujours aux barreaux. Si je tire trop dessus, elle ne casse pas. Elle me jette à terre. Les moments de répit sont rare mais tellement merveilleux. Imaginez un aveugle qui quelques minutes par jour pourrait voir la lumière du jour. Imaginez le bonheur qu’il peut ressentir. Vous connaîtrez alors la joie extrême qui m’envahit, lorsque par miracle, les mots, sans trébucher, s’écoulent dans un flot cohérent et limpide.

Mais très vite ce bonheur éphémère s’évapore et la douleur de ne pouvoir être celui que je suis m’assaille. Car telle est la réelle douleur d’être bègue.

Poli, je voudrai pouvoir dire bonjour. Mais aucun son ne sort alors je ne dis rien et passe pour quelqu’un de mal éduqué.

Aimant plaisanter, je voudrai pouvoir faire une blague. Plusieurs secondes s’écoulent. il ne sert plus à rien de sortir ma vanne. Elle n’a plus d’intérêt, elle n’est plus drôle.

Quand on me pose une question et que je mets du temps à répondre, on pense que je ne connais pas la réponse. Le pire étant quand je vois une personne pour la première fois et que l’on me demande mon nom. Là souvent, les gens sont très maladroits. Les phrases du genre « Ben alors, t’as oublié ton nom ? » fusent très vite. Ce sont des lames acérées qui entaillent violemment ma poitrine.

On pense que je ne suis pas intéressé par une discussion parce que je ne parle pas.

On me croit timide.

On s’imagine tellement de choses à mon sujet …  Je ne peux être moi et j’enrage. J’en crève.

retour à l’accueil

7 Réponses à “un combat quotidien”

  1. marie jo dit :

    je coné ton imense soufrance car javé une kop à lécol bègu!

  2. Ninie dit :

    Cet article est poignant !! merci de partager ce vécu qui nous éclaire sur ce que nous ne pouvons savoir sans le vivre soi-même ! ton blog va permettre de réajuster certains comportements et certaines idées je crois !!

  3. junta dit :

    J’espère pouvoir réajuster certaines choses en effet.
    Si je peux à défaut de faire changer les comportements amener une réflexion, ce blog aura été utile

  4. Evelyne dit :

    Tu as peut-être des difficultés à parler, mais qu’ est-ce que tu écris bien ! Il existe des stages pour bègues qui donnent d’ excellents résultats, je suppose que tu connais ? J’ avais vu un reportage à la tv, impressionnant, un travail énorme pour contrôler ses émotions, sa respiration, mais au bout du compte, la guérison. Je t’ embrasse.

  5. junta dit :

    Je ne sais pas si j’écris bien, ce qui est certain c’est que j’adore communiquer, j’aime partager.
    J’aime enseigner et apprendre des autres.
    C’est justement ce qui pour moi rend le bégaiement si difficile. Cette soif d’échanges que je ne peux étancher. Pour le stage, pour tout te dire, je vais en faire un. J’en parlerai dans un article. Mais il y a tellement de choses à dire avant …

  6. Gilles dit :

    c’est très bien ce que tu as raconté. c’est exactement la même chose que je vis. tout est parfaitement ma vie comme si c’est moi qui l’écrivait. je te félicite d’avoir pu écrire nos sentiments fassent à ce mal le plus parfaitement possible. chaque jour est un combat. quand je me lève chaque matin je me dis: »allez, hop, au > encore une fois ». je souhaite vraiment que les gens « normaux » puissent lire ce message afin qu’ils puissent avoir une idée de ce que nous vivons chaque seconde, minute, heure, année et changer leur comportement souvent Très blessant.Junta, bravo encore, beaucoup de bonnes choses et du courage!!

  7. Ines dit :

    Avec de la persévérance et de la volonté on peut faire des miracles.

Laisser un commentaire