soyons nous mêmes

Il s’en passe des choses. De rencontres en échanges, de partage en témoignage, chaque jour m’étonne un peu plus et m’émerveille davantage. Je suis monté à la capitale il y a quelques jours pour assister à une réunion de l’APB. 

Cela fait très bizarre (et beaucoup plaisir) de voir tant de personnes (on était une vingtaine) rassemblées autour du bégaiement, en discutant et s’organisant pour faire avancer les choses.

 Nous avons discuté de beaucoup de choses et le thème pour la jmb (journée mondiale du bégaiement) a été choisi. 

Soyons-nous mêmes. Parlons-en.

Ce thème me tient beaucoup à coeur puisqu’il est à l’image de mon chemin personnel notamment depuis quelque mois.

Peu à peu j’ai discuté avec des personnes proches de ce « mal qui me ronge chaque jour ». Souvent les personnes sont étonnés, déjà de savoir que je suis bègue ensuite de ce qui peut se passer dedans.

Etonnés de savoir que je suis bègue car je suis loin de la caricature faite habituellement du pauvre type qui répète désespérément les mêmes syllabes.

Etonnés de savoir comment cela peut me gêner. S’ils savaient tous les efforts que je fais, toutes les respirations, les moments où je me retiens de parler de peur de mal parler, s’ils connaissaient ma lutte incessante … emoticone

Ça me fait du bien de pouvoir dire ce que je ressens, leur avouer ce qui à leurs yeux étaient caché.

Le bégaiement est une toile dans laquelle je me dépêtre et même si j’arrive à bien le maîtriser, il est encore une gêne qui m’empêche d’être naturel, qui bloque ma spontanéité. Peu à peu la toile se détend, je deviens celui que je suis. Et vraiment, j’aime ça emoticone

retour à l’accueil

 

2 Réponses à “soyons nous mêmes”

  1. Laurent dit :

    « Soyons nous-mêmes, parlons-en » est un excellent choix.
    C’est pour moi l’étape n°1, la base essentielle sur laquelle on peut commencer à construire et à avancer. Tant qu’on a pas passé ce stade, difficile de progresser.

    Bravo pour ton implication au sein de l’APB.

    Laurent

  2. Ninie dit :

    Très heureuse de lire que de plus en plus tu peux parler de ce qui se passe en toi et heureuse que tu aies pu trouver des oreilles pour l’entendre !

Laisser un commentaire