en mode furtif

en mode furtif dans Anecdotes 690285497ada1b75b551

 

Me revoici pour une après-midi à écrire. J’ai été absent un long moment alors je vais essayer de rattraper tout ça. Avant de vous parler (enfin) du stage, je voulais vous parler de quelque chose qui m’arrive relativement assez souvent. Lors d’une première rencontre et parfois après bien d’autres, les gens ne se rendent pas compte que je suis bègue.

 

Il y a quelques semaines, j’ai fait à nouveau cette expérience avec une personne que je rencontrais pour la première fois.

 

Présentations puis l’on discute tranquillement. Pas de bégaiement (apparent). Je lui pose quelques questions pour savoir si elle saurait où je pourrai louer une salle. Peu à peu je lui dis que je suis responsable au niveau départemental d’une association. Je lui dis que c’est pour l’association parole-bégaiement … Ce à quoi elle me répond en me demandant pourquoi je m’occupais de ça   (Ben oui, ça, quelle idée de s’intéresser au bégaiement …) J’avais senti que mon bégaiement n’avait pas du tout été repéré. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres, je me tourne vers cette personne et lui dit « tout simplement parce que je suis concerné ». Elle me dit alors qu’elle ne l’avait pas remarqué, que cela ne se voyait pas etc ….

 

Une autre fois, je passe toute une soirée avec une trentaine de personnes dont je ne connaissais pas la moitié. La soirée se passe bien. Je sympathise notamment avec un couple et leurs 2 enfants. Le lendemain, on se retrouve pour manger ensemble. L’un des deux me demande ou j’habite. Et là … blocage. Bien sûr incompréhension de leur part et légère moquerie du genre « tu as oublié où tu habites ? » Je leur ai alors expliquer que j’avais du mal à parler par moments etc …

 

 Parfois je voudrais porter un t-shirt avec inscrit dessus, je suis bègue pour que les gens le sachent et que le problème soit réglé. Sauf que … bien souvent les gens ne savent pas ce qu’est vraiment le bégaiement et y associe beaucoup de préjugés. Donc ça ne résoudrait pas le problème. 

 

Laisser un commentaire